Actualités

Découverte des start-up incubées, actualités institutionnelles, retour sur les événements passés et conseils pratiques pour vous lancer dans l’entrepreneuriat : c’est ici que vous passerez en revue toute l’actu’ de la Technopole de l’Aube en Champagne et de l’univers entrepreneuriat/innovation à Troyes.

                

Actualités

19 juin 2024

Lancement du Cluster Innovation Web3\IA

Au début de l’année 2024, les bonnes nouvelles se sont enchaînées pour la Technopole de l’Aube en Champagne ! Au niveau national, nous avons eu le plaisir d’apprendre que le label « Technopole » accordé par Retis a été renouvelé. Au niveau régional, c’est le label Incubateur d’Excellence accordé par la Région Grand Est qui a également été renouvelé.

Actualités

19 juin 2024

A la découverte de la start-up… Maat Data !

Inside start-up, l’interview qui met en lumière les start-up incubées à la Technopole de l’Aube en Champagne. . Trouver des solutions pour optimiser le tri et le recyclage, c’est la mission de Valentin Millot avec Maat Data. C’est quoi ta start-up ? Chez Maat Data, on développe des logiciels et des applications mobiles à destination du secteur du tri et du recyclage des déchets. Parle-nous de ton innovation ? L’innovation dans ce secteur réside dans notre capacité à venir stimuler le taux de collecte, à travers d’applications, comme notre premier projet Savaoo, qui viennent stimuler le taux de collecte de tous les déchets du quotidien. Tes expertises avant d’être incubé ? Je viens du monde du recyclage, j’étais responsable commercial. C’est de là que nous aie venue l’idée avec mon associée Laure de créer cette start-up, pour venir régler un constat métier. Un constat de base, c’est que nos déchets ne sont pas suffisamment collectés pour être recyclés. Ça t’apporte quoi notre accompagnement ? Je suis incubé depuis la création de Maat Data il y a bientôt 4 ans. La technopole m’a énormément apporté autour de notre stratégie de communication. Elle nous a aidés à aller toucher des grands médias nationaux pour Savaoo. Elle nous a aussi aidés à nous structurer, à aborder des questions de levées de fonds… Les prochaines évolutions dans ton secteur ? Les prochaines évolutions qui vont arriver sont l’intelligence artificielle et la reconnaissance photo et vidéo. On utilise depuis toujours le machine learning mais les dernières avancées permettent des choses encore plus phénoménales. En une simple photo on pourra dorénavant faire le diagnostic d’un objet du quotidien et savoir s’il est réparable ou si on doit le mettre à recycler. Tes peurs avant d’entreprendre ? J’avais la crainte de la jeunesse, de manquer d’expérience. C’est une crainte que j’ai totalement dépassée grâce aux conseils de la Technopole, des experts et aussi de mes associés. J’ai pu aller au-delà de ça et développer mes compétences. Aujourd’hui, je me sens totalement épanoui et je n’ai plus peur de manquer d’expérience ou de quoique ce soit pour relever de nouveaux challenges. Ton dernier succès/flop ? Le dernier succès ça a été un contrat à envergure nationale pour le projet Savaoo avec le groupement Les Mousquetaires. On a pu déployer la solution dans 2 200 points de vente, on a permis le recyclage de 20 000 déchets et on a touché 30 000 utilisateurs en l’espace de 6 mois. En revanche, le dernier flop est le fait que l’on n’ait pas renouvelé le contrat avec le groupement Les Mousquetaires. Une bonne raison d’entreprendre dans l’Aube ? On peut entreprendre pour être libre, pour pouvoir gérer soi-même ses projets, pour continuer de rêver… Entreprendre parce que c’est stimulant et que ça nous rend vivant. Entreprendre dans l’Aube parce qu’il y a tous les outils, on est à proximité des grandes villes donc on a tout l’écosystème qui est paré pour. Ici à Troyes, on est dans une ville qui est à taille humaine ; partager avec les autres c’est un […]

Actualités

18 juin 2024

A la découverte de la start-up… Tanama !

Inside start-up, l’interview qui met en lumière les start-up incubées à la Technopole de l’Aube en Champagne. . Associer mobilier durable et bien-être au travail, c’est le défi d’Emeline Bosset, fondatrice de la start-up Tanama.  C’est quoi ta start-up ? Tanama c’est du mobilier durable pour la santé des travailleurs.  Parle-nous de ton innovation ? C’est du mobilier ergonomique qui s’adapte aux nouveaux modes du travail qui ont récemment beaucoup changés. L’innovation se tient aussi dans la fabrication qui se veut durable et écologique.  Tes expertises avant d’être incubée ? Je suis designer de formation. Mon expertise est dans la création de produits pour répondre à un besoin existant sur le marché.  Ça t’apporte quoi notre accompagnement ? Je suis accompagnée par la Technopole depuis mars 2023 et ça m’a apporté un complément de connaissance sur la gestion d’entreprise et le développement d’un business. Les prochaines évolutions dans ton secteur ? Le mobilier de bureau génère 250 000 tonnes de déchets chaque année. L’évolution va être de traiter ces déchets et d’en faire de nouveaux mobiliers en les transformant, en utilisant l’éco-conception et des modes de fabrication innovants, ce qui fait partie de l’évolution de Tanama. Tes peurs avant d’entreprendre ? Avant d’entreprendre j’avais peur de me lancer avec une marque puisque je suis designer et maitrisais uniquement la partie création de produit.   Ton dernier succès/flop ? Le dernier succès c’est au lancement du bureau de télétravail Tanama que j’ai présenté lors du salon WorkSpace Expo et où nous avons eu beaucoup de retours positifs et c’était super pour commencer. Le dernier flop est aussi associé au lancement qui s’est fait avec un financement participatif en crowdfunding et l’outil n’était pas forcément adapté, donc ça n’a pas marché. Une bonne raison d’entreprendre dans l’Aube ? L’Aube est un territoire à taille humaine. C’est assez facile de se faire un réseau et de rencontrer les bonnes personnes morales et physiques pour développer son entreprise.  Un mot pour un futur entrepreneur ? Osez entreprendre, osez développer votre idée. S’il y a des choses que vous ne savez pas faire au début, vous apprendrez à les faire en cours de route !   Retrouvez l’interview vidéo de Emeline, fondatrice de la start-up Tanama, ci-dessous. 

Actualités

06 mai 2024

Booster votre projet grâce au Cluster Innovation Industrie 4.0 !

Au début de l’année 2024, les bonnes nouvelles se sont enchaînées pour la Technopole de l’Aube en Champagne ! Au niveau national, nous avons eu le plaisir d’apprendre que le label « Technopole » accordé par Retis a été renouvelé. Au niveau régional, c’est le label Incubateur d’Excellence accordé par la Région Grand Est qui a également été renouvelé.

Actualités

26 avril 2024

A la découverte de la start-up… Handivisible !

Inside start-up, l’interview qui met en lumière les start-up incubées à la Technopole de l’Aube en Champagne. On découvre l’histoire de la start-up Handivisble et sa fondatrice Maïté Ferdinand C’est quoi ta start-up ? Handivisible est une start-up qui a 2 ans et qui facilite le passage des personnes en situation de handicap dans les files d’attente de n’importe quel établissement recevant du public. Parle-nous de votre innovation Handivisible est née d’une situation personnel et c’est une solution qui est complétement innovante. J’ai cherché avant de lancer ma start-up et rien de tel n’existait sur le marché pour faciliter le passage des personnes en situation de handicap. Ca t’apporte quoi notre accompagnement ? Ça fait 2 ans et demi que je suis incubée à la Technopole et c’est toujours appréciable d’avoir quelqu’un sur qui on peut compter lorsqu’on a des questions, des doutes, des sujets divers sur l’entrepreneuriat. Et c’est le rôle que ma chargée d’accompagnement remplie au mieux. Une bonne raison d’entreprendre ? Entreprendre c’est avant tout une aventure personnelle. Ça permet de se découvrir, de découvrir tout un tas de choses qu’on ne connaissait pas, tout un tas de personnes aussi. C’est une belle aventure humaine et une belle aventure sur soi aussi. Un mot pour un futur entrepreneur ? Fonce ! 😉 Retrouvez l’interview vidéo de Maïté, fondatrice de la start-up Handivisible, ci-dessous.

Actualités

26 avril 2024

A la découverte de la start-up… MAGMA Energy ® !

Inside start-up, l’interview qui met en lumière les start-up incubées à la Technopole de l’Aube en Champagne. Thierry Gahamanyi, le fondateur de Magma Enery nous parle de sa start-up Une bonne raison d’entreprendre dans l’Aube ? Je ne suis pas aubois d’origine et je suis venu parce qu’il y avait la Technopole. Ca s’est avéré être une opportunité dans la mesure où non seulement j’avais accès à cet accompagnement, à cet écosystème de développement qui pousse tout entrepreneur à aller de l’avant. Mais aussi parce que j’avais une proximité vis-à-vis de ma clientèle. C’est cet écosystème qui fait que l’Aube est parmi les départements les plus en avance sur la méthanisation, sur la production du biogaz et qui fait que je sois là. Tes peurs avant d’entreprendre ? En fait je n’imaginais pas du tout entreprendre pour être franc. J’avais bien l’idée mais j’étais dans une bonne situation, avec une carrière toute tracée. Mais à un certain moment je me suis dit « c’est pas assez ». C’est pas assez parce qu’en fait au fond de moi il y avait cette envie de pouvoir faire des choses. Cette envie qui dit « il faut y aller ». Les peurs qu’on peut avoir sont d’abord la perte de revenu. Avant j’avais un salaire, une bonne situation, je fais quoi demain ? Ce qui se rajoute aussi en tant que père de famille, c’est qu’on a d’autres responsabilités, c’est se dire que ça ne dépend pas que de nous. C’est donc une peur à surmonter soi-même mais c’est aussi à surmonter avec son entourage. C’est quoi ta start-up ? Magma Energy est la première centrale d’achat dédiée aux producteurs des énergies renouvelables. L’idée est de regrouper tous les besoins en équipement et services des producteurs de biogaz du monde agricole sur une seule et même plateforme. Le but est de leur faire gagner du temps, de l’argent, plus de visibilité et de leur permettre d’optimiser les coûts de leur exploitation. Parle-nous de votre innovation C’est une innovation de service. C’était la première fois qu’on arrivait à mettre tous ces services, tous ces besoins sur une plateforme unique. On a plus de 200 fournisseurs qui viennent du monde entier. Une bonne raison d’entreprendre dans l’Aube ? C’est une belle expérience, c’est un endroit unique. On arrive à avoir un contact avec de nombreux acteurs. Je sais que si je veux un spécialiste en marketing ou en comptabilité par exemple, je n’ai qu’à envoyer un mail et on me donnera le nom de la bonne personne. C’est tous ces éléments dont on a besoin en tant qu’entrepreneur car on a 50 000 choses à faire et on ne peut pas être bon partout. On a besoin de cet écosystème qui nous accompagne. Mais c’est aussi car ici on peut discuter avec d’autres entrepreneurs qui ont les mêmes conditions que nous, les mêmes soucis, les mêmes problématiques ! Ton dernier succès/ton dernier flop ? Combien d’heures il y a dans une journée ? Il y en a 24 et il y a 24 succès et 24 […]

Actualités

26 avril 2024

A la découverte de la start-up… H’ability !

Inside start-up, l’interview qui met en lumière les start-up incubées à la Technopole de l’Aube en Champagne. Lier la réalité virtuelle et la santé, c’est la mission de Marie-Odile McKeeney, co-fondatrice de la start-up H’ability C’est quoi ta start-up ? H’ability est une solution de réalité virtuelle à destination de la rééducation. On créé des expériences de réalité virtuelle pour les patients, pour que ce soit plus motivant, que ça paraisse comme des jeux, mais en réalité on y masque des exercices de rééducation. Toutes ces expériences peuvent être paramétrées au niveau du patient grâce à la plateforme web qu’on a à côté et qui est à destination des professionnels de santé. Parle-nous de votre innovation La réalité virtuelle est déjà utilisée en rééducation, on a d’autres concurrents sur ce marché. Mais nous ce qu’on va apporter c’est vraiment une innovation en termes d’usage, parce qu’on est sur une solution portable qui est à destination de plusieurs professionnels de santé : les ergothérapeutes aussi bien que les kinésithérapeutes. Surtout, on veut s’inscrire comme une solution qu’on va pouvoir retrouver dans différents types d’établissements : les hôpitaux, les centres de rééducation et les cabinets libéraux. Et on veut être la solution qui va accompagner le patient dans tout son parcours rééducatif. Tes expertises avant d’être incubé ? Avec Bérengère Henrion, qui est mon associée, on est toutes les deux ingénieures de formation. Moi je suis en particulier ingénieure informatique donc j’avais déjà cette compétence sur le développement informatique et la réalité virtuelle, puisque c’est une technologie qui me plaît depuis longtemps. Mais c’est vrai qu’on a dû apprendre beaucoup de choses sur la gestion d’entreprise et sur énormément d’aspects commerciaux, juridiques et réglementaires parce qu’on est un dispositif médical. Ca t’apporte quoi notre accompagnement ? On est incubées à la Technopole depuis 2021. Cela nous a permis de profiter du Comité Santé et donc de rentrer en contact avec les structures adaptées dans l’Aube et d’avoir plus facilement d’échanges avec des professionnels de santé. Et ça, ça nous aide au co-développement de la solution. Les prochaines évolutions dans ton secteur ? Une prochaine évolution sur les aspects techniques pures de la boite : la réalité virtuelle fait partie de ce qu’on appelle la réalité étendue. Il existe également la réalité mixte qui va arriver et qui permet d’avoir accès à des objets en 3D dans notre environnement réel. On la surveille donc de près car elle est vraiment intéressante. Mais il y a aussi des points très intéressants à la réalité virtuelle qui permettent de réduire l’appréhension de la douleur, de réduire le ressenti de la douleur, qu’on veut garder. On est donc en train de voir à quel moment cette technique pourra avoir un aspect positif sur la rééducation des patients. Une bonne raison d’entreprendre dans l’Aube ? C’est vraiment une région qui soutient les projets comme les nôtres et on va avoir accès à des contacts d’institutionnels plus rapidement que dans d’autres endroits. Il y a un réel avantage à ça. Un mot pour un futur entrepreneur ? Le […]

Actualités

26 avril 2024

A la découverte de la start-up… La Petite Madeleine !

Inside start-up, l’interview qui met en lumière les start-up incubées à la Technopole de l’Aube en Champagne. Parfumerie poétique et familiale, c’est au tour de la start-up La petite Madeleine et de Sophie Dufay, sa co-fondatrice, de se prêter aux questions d’Inside start-up. C’est quoi ta start-up ? La petite Madeleine c’est une marque de produits parfumés fabriqués dans l’Aube. On produit des parfums, des savons et des bougies. Parle-nous de votre innovation On a une façon de faire qui est un peu différente dans le secteur de la parfumerie. On a d’abord un bouchon qui est fait sans plastique, à partir de poudre de coquillages et de liège. Et notre façon de faire est différente dans le sens où tout est fait en circuit court dans l’Aube. Une vraie volonté de rapprocher au maximum les étapes et de valoriser les savoir-faire locaux. Tes peurs avant d’entreprendre ? Les peurs c’était principalement de savoir si le produit allait plaire, si l’entreprise serait viable. Ces peurs on apprend à vivre au quotidien avec et de les transformer en énergie positive et en motivation. Une bonne raison d’entreprendre dans l’Aube ? Les écosystèmes locaux qui sont très dynamiques, que ce soit la Technopole ou d’autres réseaux auquel nous avons accès comme Scale E-nov ou Réseau Entreprendre. Mais aussi car nous sommes une entreprise familiale et c’est un choix de vie que de s’implanter dans l’Aube. C’est un cadre de vie qui est assez idéal, à la fois porteur d’un point de vue professionnel et rassurant d’un point de vue personnel. Un mot pour un futur entrepreneur ? Il y une citation d’Oscar Wilde qui dit « L’expérience c’est le nom qu’on donne à ses erreurs » et je pense que c’est vrai. Comment le « test and learn » se transforme en expérience ? Parfois des échecs et au final comment on retourne la situation pour prendre les choses d’une manière positive et avancer. Retrouvez son interview vidéo sur notre page Youtube :

Évènements

26 avril 2024

Retour sur l’After Tech du 29 février 2024

Chaque mois, la Technopole de l’Aube en Champagne organise une conférence ouverte à tous. Ces événements mensuels ont pour objectif de sensibiliser à l’innovation et à l’entrepreneuriat. Tous les mois, des intervenants choisis pour leurs expertises abordent une thématique différente. Le 29 février 2024, nous avons eu la chance d’accueillir Christophe Rolland et Corentin Rollot, Directeur général et Partner Development Manager de Be-Cloud, un Microsoft Partner. Cet After Tech s’intitulait « Travail collaboratif : l’IA, nouvel assistant augmenté du travail d’équipe ? ». Christophe et Corentin ont balayé les possibilités et méthodes de travail offertes par Copilot, l’assistant IA (Intelligence Artificielle) de Microsoft. « L’intelligence artificielle, c’est une Formule 1… » Sujet d’actualité par excellence, l’intelligence artificielle déchaine les passions (OK, les mythes parfois également). Le rôle d’une entreprise comme Be-Cloud est de permettre à votre entreprise de bénéficier d’un circuit adapté à votre écosystème et à vos collaborateurs pour faire rouler efficacement cette Formule 1. Ici, nous tentons de décrypter les constats effectués par Christophe et Corentin lors de cet After Tech. Premier point, « Aujourd’hui, lorsqu’on parle d’IA, on est surtout dans un sujet conversationnel ». L’agent conversationnel de Microsoft c’est donc Copilot. D’office, Copilot est « intégré dans Microsoft 365, la suite de travail collaboratif de Microsoft ». Cela n’aura échappé à personne : la démocratisation de l’intelligence artificielle conversationnelle a été provoquée par ChatGPT. En effet « « il a fallu 16 ans pour qu’il y ait 100 millions d’utilisateur du téléphone mobile… 7 ans pour Internet. 4 ans et demi pour Facebook. 3 mois pour Chat GPT… » ! Il s’agit donc d’une transformation voire d’un bouleversement ultra rapide.Cet After Tech fût l’occasion, pour ceux qui ne le savaient pas, d’apprendre que « la relation entre Microsoft et OpenAI était très forte » puisque « 49% des parts d’OpenAI sont détenus par Microsoft ». Et le circuit ? Quels utilisateurs choisir ? Comment les former ? Quels objectifs fixer ?  « Pour une entreprise, le profil des utilisateurs de l’intelligence artificielle est clé. Il faut s’appuyer sur plusieurs personnes qui portent un service. La formation est également cruciale ». Christophe et Corentin considèrent qu’il existe quatre types de profils utilisateurs de l’IA : L’enjeu de l’entreprise est donc de faire converger vers une vision commune l’ensemble de ces quatre profils en « définissant ensemble un lexique commun, une cible court et une cible moyen terme. » Une fois que les utilisateurs clés ont compris l’intérêt de l’intelligence artificielle. Il s’agit « d’en faire bénéficier toutes les équipes de mon entreprise ». Mais comment ? En déployant une roadmap ! Déployer la roadmap, c’est permettre aux collaborateurs de mon entreprise de : Et enfin, s’intégrer dans un système d’amélioration continue puisqu’il « y aura toujours des évolutions ». Focus sur la sécurité Des évolutions notamment en termes de sécurité. Parce que dans l’univers de l’intelligence artificielle, « il se passe quelque chose tous les jours. Ça va très vite et très fort : cela peut être perturbant ». Pour toute structure il apparaît comme primordial de « canaliser l’IA ». A qui j’envoie ma donnée, comment est-elle exploitée, sécurisée ? « C’est au cœur de tout » selon Christophe et Corentin. Et chez Microsoft « la donnée est à vous, […]

Actualités

26 avril 2024

A la découverte de la start-up… Ellipse Bikes !

Inside start-up, l’interview qui met en lumière les start-up incubées à la Technopole de l’Aube en Champagne.Robin Gabuthy, le co-fondateur d’Ellipse Bikes, nous parle de sa start-up C’est quoi ta start-up ? Ellipse est fabricant français de vélos pour la ville et le voyage. Parle-nous de votre innovation On développe des vélos comme des véhicules complets, donc on intègre tout ce qu’on peut trouver sur des véhicules classiques (voiture, moto) : clignotants, feux stop et une partie alarme GPS. On travaille aussi à accessoiriser le domaine car c’est un manque en général pour plein de besoins très concrets. Donc on créé un écosystème complet. Tes peurs avant d’entreprendre ? En fait je n’avais pas trop de peurs particulières quand on a commencé parce qu’on était assez jeunes et naïfs. Au final avec le recul, je pense qu’on aurait pu avoir peur. La seule crainte qu’on avait c’était de savoir si ça allait marcher ou pas. Et une fois qu’on est lancés, on est dedans donc on n’a plus vraiment peur de quoi que ce soit. C’est juste qu’on suit le process. Tes expertises avant d’être incubé ? On est 3 co-fondateurs et on sortait d’école d’ingénieurs donc on avait des compétences plutôt techniques. Toute la partie entrepreneuriale, structuration, s’est fait vraiment sur le tard. Ca t’apporte quoi notre accompagnement ? On est accompagnés depuis 2020, depuis la création, et ça a surtout été de la structuration de projets, sur tous les aspects qu’ils soient financiers, comptables, RH, administratifs, etc. Également de la mise en relation avec les personnes qui sont en mesure de nous aider à développer le projet. Une bonne raison d’entreprendre dans l’Aube ? Entreprendre d’une manière générale, je pense que toutes les raisons sont bonnes pour se lancer, dans n’importe quel domaine. Cela permet d’être animé par quelque chose et de se donner. Dans l’Aube en particulier car c’est un département ouvert, il y a beaucoup de choses à faire. Il y a un très bel écosystème et beaucoup de gens se connaissent et tout le monde s’entraide. C’est vraiment idéal pour se lancer. Un mot pour un futur entrepreneur ? Lance toi, ne te prends pas trop la tête, va à l’essentiel et tu trouveras des solutions en faisant ! Retrouvez son interview vidéo sur notre page Youtube

Actualités

14 mars 2024

Deux labels renouvelés pour la Technopole de l’Aube en Champagne !

Au début de l’année 2024, les bonnes nouvelles se sont enchaînées pour la Technopole de l’Aube en Champagne ! Au niveau national, nous avons eu le plaisir d’apprendre que le label « Technopole » accordé par Retis a été renouvelé. Au niveau régional, c’est le label Incubateur d’Excellence accordé par la Région Grand Est qui a également été renouvelé.

Pas de résultats